Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 10:08

Lu dans Sud-Ouest :

Le chanteur et son épouse étaient en Sarladais incognito jeudi. Ils ont adhéré à l'association souhaitant sauver et restaurer le pont du Garrit, qui enjambe la rivière à Berbiguières

francis-et-mariette-cabrel-jeudi-dernier-sur-le-pont-du_972.jpg

 

Francis Cabrel a des attaches en Périgord où il séjourne régulièrement. Jeudi dernier,accompagné par son épouse Mariette, il était ainsi chez un ami, Bernard Lescure, un ancien journaliste de la Dépêche qui a choisi de vivre à Bézenac en Sarladais. L'occasion aussi pour le chanteur d'Astaffort de rencontrer son vieux copain Jean Bonnefon, ancien journaliste de France Bleu et également chanteur,  qui demeure juste à coté.

En discutant tant avec l'un qu'avec l'autre, Francis Cabrel ne pouvait ignorer plus longtemps leur nouveau cheval de bataille. À deux pas de là, enjambant la Dordogne, le vieux pont du Garrit subit les outrages du temps. De style Gustave-Eiffel, dans la pure veine des infrastructures d'acier de la fin du XIXe siècle, il est désaffecté depuis bien longtemps. Une association s'est créée il y a plusieurs mois pour tenter de le sauver et de le valoriser. Présidée par Jean Bonnefon, son trésorier n'est autre que Bernard Lescure...

Jeudi, Francis et Mariette Cabrel ont donc tenu à découvrir ce chef d'œuvre en péril. Et ont finalement adhéré à l'association. Un soutien de poids supplémentaire pour cet élément du patrimoine attaqué par la rouille.

 

Merci à José qui lit la presse pour nous !

 

....Et samedi 24 novembre 2012, Jean Bonnefon et ses troubadours inaugureront la salle des fêtes de Berbiguières..au programme , des chansons de Brassens, de Cabrel ( tiens! tiens!...)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by beauvert - dans artistes
commenter cet article

commentaires

j 22/11/2012 19:18


Lu dans la presse aujourd'hui : le prix de l'essence augmente. (qu'on se le dise !)

beauvert 22/11/2012 19:23



Je ne m'en rends pas compte ; je mets toujours 50 euros !