Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2005 5 28 /10 /octobre /2005 22:00

Nous quittons le domaine de Sanxet sous un soleil d'été. Nous avons chaud, le soleil, le Monbazillac...

 Nous serpentons sur une route communale qui rejoint Bouniagues.

Sur la droite, domine le château de La Jaubertie. Le XVI e siècle encore... Les raisins arrivent . Le  fouloir est dehors. Les vendanges battent leur plein.

Les clients n'entrent pas dans le château mais dans une très belle dépendance. La famille RYMAN tient les lieux depuis de nombreuses années. Le domaine est très grand ( 52 hectares) Nous ne sommes pas reçus par le propriétaire mais  une employée charmante.

Nous dégustons un rare Chardonnay, frais ,gras, légèrement boisé ( 9,50 euros la btle). La charmante dame nous parle de la cuvée exceptionnelle de la Mirabelle en rouge et en blanc. Selection des meilleurs grains ( sauvignon et sémillon pour le blanc.)  Les vins sont superbes ; 15 euros quand même ! le prix d'un bon Meursault .... m'enfin....

La Jaubertie n'a pas encore de site web mais le tél 05 53 58 32 11 et le fax 05 53 57 46 22

 et un email : jaubertie@wanadoo.fr

Passez  y , l'accueil est parfait, les vins bien faits et le cadre sublime.....

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2005 4 27 /10 /octobre /2005 22:00

Nous sommes le 27, il est 14.27 et il fait 27 degrés dehors, alors,    ?

Ben, nous décapotons la voiture et partons voir l'état des vendanges chez nos amis vignerons vers Monbazillac..

Tout d'abord au Château de Sanxet.

Notre visite est  imprévue. La vendange  pas terminée. Tout ne va pas pour le mieux. Ca sent la fermentation, le Monbazillac  nouveau commence à travailler. Faut il continuer la vendange ou attendre que le soleil apporte davantage de sucre au raisin...ou risquer de tout perdre si le temps se gâte ; tenir ou courrir ?

Malgré tout, Monsieur Bertrand de Passemar nous reçoit avec chaleur dans ce magnifique domaine qui surplomble les vignes. Dans la famille depuis le XVI e siècle...

 

 

 

 

 

 

 

 

  On tourne autour des cuves. On questionne...le 2005 ?...Il sera excellent, le sucre est là...

Puis nous parlons voitures anciennes. Monsieur de Passemar est collectionneur. Il nous ouvre les portes de son musée . Une vingtaine  d'autos sont  là, dans leur jus. La poussière de leur histoire est encore présente sur les sièges, souvent décousus. Des autos rares, très rares. F1 Lotus, incroyables barquettes dotées d'un moteur superpuissant. un tank citroën, Clément-Bayard, un coupé Salmson S4 vient de rentrer dans la collection.

Nous tournons autour des autos. Je laisse glisser une main sur une aile. Suis tenté de lever un capot.

On reparle des vins. le blanc sauvigon, le rouge, le rosé. Nous dégustons le dernier Monbazillac mis en bouteille. 2003, une année chaude... Le vin promet, les saveurs se dégagent doucement. Il reste en bouche longtemps, longtemps... Nous reparlons du 1999 dont il reste quelques bouteilles en cave. les épices, la vanille....

Poignées de mains chaleureuses. Le soleil nous éblouit à la sortie du chai, peut être les 20 degrés du 2003 aussi....

voir aussi d'autres photos dans l'abum ( colonne de gauchede la page d'accueil)

 

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2005 3 26 /10 /octobre /2005 22:00

L'avantage du bois est qu'il chauffe plusieurs fois ! Tout d'abord quand on le fait et ensuite quand il passe dans la cheminée !

 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2005 2 25 /10 /octobre /2005 22:00

 ( voir également l'album de photos dans la colonne de gauche )

 

 

 

 

 

 

Il est midi. Pas une heure pour arriver à l'improviste chez les gens ! Chez les gens, non, mais chez Isabelle...

L'atelier du peintre est à l'étage. Dès le rez de chaussée des affiches donnent le ton. Des couleurs, des gens de partout , des fleurs, des marchés., des couleurs encore...

Ca sent bon la soupe dans les escaliers !

On entre dans l'atelier appartement terrasse. On ne sait pas trop si ce n'est pas l'appartement atelier terrasse, ou l'appartelier.... Chacun mettra les mots dans l'ordre...

Isabelle est un sourire. La bonne humeur s'accroche à ses pinceaux. Ses couleurs font un pied de nez à la morosité...

Midi est déjà bien passé. Isabelle jette quelques coussins sur les bancs de la terrasse.." vous partagerez un bol de soupe ?..."

 

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2005 1 24 /10 /octobre /2005 22:00

Mardi, jour de marché au Bugue. Chaque jour a son marché . Demain Sarlat,  vendredi au Buisson ,jeudi à Meyrals, Dimanche Saint-Cyprien et lundi aux  Eyzies.

Il y a deux options. La première consiste à être sur les lieux très tôt pour trouver les plus beaux produits, la seconde à arriver plus tard, beaucoup plus tard.... Nous ne sommes pas forcément attirés par les plus beaux produits.... Il est donc 11 heures quand nous arrivons! Le soleil est là, ébouissant et chaud !Du monde, beaucoup de monde. Une poignée de main, un sourire.

Des producteurs locaux étalent sur un mètre ou deux la récolte de la veille. Pommes, noix, salades. Pas toujours très rondes les tomates...Bien que le  soleil exalte les parfums, ça ne sent pas trop le cèpe ....

Attention aux revendeurs de Comté et  Cantal a 36 Euros le kilo....

Nous emplètons. Il est déjà midi. Le clocher des églises doit être sponsorisé par Pernod/Ricard ! On prendrait bien un verre...

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons chez Isabelle Jacopin, artiste peintre. Elle sera demain sur le Blog !

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2005 7 23 /10 /octobre /2005 22:00

Votre ancienne et vous serez toujours bien reçus chez nous...

Nous pouvons vous proposer des parcours à travers la Dordogne discrète, voire secrète.

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2005 6 22 /10 /octobre /2005 22:00

Un pruneau c'est la caresse du soleil ! C'est tout le sud-ouest de la France concentré !

C'est une année de travail. La taille des arbres pendant l'hiver, les soins du printemps, les craintes de l'orage et de la grêle, le ramassage et le séchage en septembre...

Essayez de les acheter chez les producteurs. Demandez les très secs ( à 21 % d'humidité) ou mi cuits à (35 % d'humidité) , brillants , la chair jaune. Pas ceux  qui ont été regonflés à l'eau chaude chargée de produits conservateurs...Refusez les pruneaux chiliens, argentins. Comme dirait Jean-Pierre Coffe " c'est de la m...."

 A croquer tous les jours !

 

(contactez moi pour des adresses de producteurs)

Une recette :

Laissez les mijoter dans du vin rouge tanique avec des épices, poivre en grain, muscade, canelle , clou de girofle et miel.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2005 4 20 /10 /octobre /2005 22:00

 

 

Salut! Bois couronnés d'un reste de verdure!

Feuillages jaunissants sur les gazons épars!

Salut, derniers beaux jours! le deuil de la nature

Convient à la douleur et plaît à mes regards!

 

Je suis d'un pas rêveur le sentier solitaire,

J'aime à revoir encor, pour la dernière fois,

Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière

Perce à peine à mes pieds l'obscurité des bois!

 

 Quelques vers du poème " l'automne" de Lamartine accompagnent les couleurs de Beauvert !

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2005 3 19 /10 /octobre /2005 22:00

C'est la fête ! Danielle nous a invités au restaurant des Glycines  aux Eyzies. je dis "nous" car nous étions tous les deux !

L'ancienne maison est posée pas trop loin de la Vézère. La salle de restaurant de  l'hôtel donne sur un magnique parc bordé d'un immense potager ! Nous apprendrons pendant le repas que les légumes du potager sont servis au restaurant.

Un sourire féminin nous accueille. La carte est dessinée par Pascal Magis. Ces toiles décorent les murs. Nous sommes à côté de Meyrals .....

C'est la fête. Nous choisissons le " grand " menu. Nous ne nous déplaçons pas pour rien !

On commence par une  fête grandiose ; des Saint-Jacques, poêlées comme il faut. Une très légère sauce décore le fonds de l'assiètte.

On attend la suite avec impatience. Elle arrive quand il faut. Le service est discret, léger, efficace.

Un foie gras frais sur un pilaf de riz. La crème fraiche alourdit un peu ce plat délicieux.

Des petits légumes ont traversé le chemin , directement du potager. Ils accompagnent un dos de bar. Cuisson remarquable. Encore un peu de crème fraîche dans la sauce...

Fromage de brebis . Notre gourmandise attend les desserts ! nous sommes comblés.

La cuvée Mirabelle de la Jaubertie ( les meilleurs grains de sauvignon et de sémillon - donc un  vin blanc) a accompagné le repas.

Il est plus de 23 heures. Nous partons. La fête était belle ....

 Au premier rond point du village des Eysies, deux fourgons de gendarmes tous feux allumés ! Je ralentis. Le faiseau de la torche nous éblouit. On entend " Bonne soirée Madame, Monsieur...Bonne route....." Je démarre, soulagé.  C'était la fête je vous disais en introduction ...

 

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2005 2 18 /10 /octobre /2005 22:00

Cette recette est également applicable pour les prunes, les abricots.

Pour 10 /12 pots prévoyez 3 kg de figues ( noires ou blanches selon le goût) et 1.5 kg de sucre cristal.

La veille de la cuisson, il vous faut attraper 3 kg de figues vivantes et bien vigoureuses. Pas de la figue endormie !

Lavez les rapidement dans l'eau ( de préférence propre). Egouttez les. Equeutez et coupez les en 4 morceaux. Versez les dans un grand saladier avec le sucre. Brassez avec tendresse. Vous pouvez utiliser directement le plat de cuisson s'il n'est pas oxydable.

Laissez reposer au moins 12 heures . Prenez un journal, regardez la télé car 12 heures c'est assez long. Levez vous 2 fois pour brasser.

Portez à ébullition sur feu moyen. Ecumez de temps en temps. Réduisez le feu. Laissez cuire à tous petits bouillons ! attention la confiture de figues sait être attachante !

Mélangez, brassez  et touillez encore. Ecumez si nécessaire.

La confiture cuit entre 2,5 et 3 heures à feu très doux.

Elle est cuite lorsqu'elle se fige sur une assiette froide.

Mettez en pots. Mettez les couvercles et retournez les pots chauds quelques instants pour rendre la fermeture hermétique.

Ouvrages de référence :

elles sont jolies les figues de mon pays ( Enrico Macias)

l'écume des jours ( Boris Vian)

pot pot pot pot , dis ( Enrico Macias, encore)

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0