Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 12:18
Entre Sarlat et Les Eyzies, nous sommes au coeur de la préhistoire, Il nous arrive donc souvent de  rendre visite à Madame et Monsieur Cro-Magnon ;  Font de Gaume, Combarelle, Bernifal, Castel Merle ( coucou Isabelle !), Rouffignac. Nous ne nous en lassons pas et découvrons, à chaque passage, une nouvelle gravure, un nouveau dessin, un nouveau signe !!

C'est qu'ils étaient artistes chez les Cro-Magnon !! des taggueurs avant l'heure. Ils devaient être las d'être toujours avant quelque chose, avant quelqu'un !!! Ils devaient attendre avec impatience que le compteur du temps passe positif !

Sur les conseils de plusieurs pasionnés nous nous rendons à PAYRIGNAC (46300) en route pour découvrir ces
grottes de Cougnac !  ( tél 05 65 41 47 54 )

Payrignac est un peu avant Gourdon lorqu'on vient de Sarlat. Lorsqu'on vient de Bruxelles, de Boulogne sur mer, de Lille, il vaut quand même mieux passer par Sarlat. C'est très bien signalé.



14.30, nous sommes les premiers en ce début septembre. quatre autres personnes nous rejoignent. La visite commence ....

Les grottes. On dit " Les Grottes" car elle sont deux. Comme on dit rarement une paire de grottes, on dit Les Grottes De Cougnac ....

L'une d'elle est géologique !  l'autre est préhistorique avec des dessins, des signes .....une histoire....

Nous commencons par la grotte à concrétions. Grandiose ! ça monte, ça tombe ! ça colonne, ça goutte, ça calcite (de formule CaCO3, avec des traces : Mn;Fe;Zn;Co;Ba;Sr;Pb;Mg;Cu;Al;Ni;V;Cr;Mo. ), 
Les photos sont autorisées, L'éclairage juducieux met en valeur le travail des gouttes d'eau !

Nous sortons de cette première grotte. Par un chemin à travers les chênes, nous rejoignons la grotte préhistorique !

La, les photos ne sont pas autorisées ! ça concrétionne aussi pas mal ! Contrairement à Font de Gaume, l'accès est aisé et la grotte spacieuse !

Des mamouths, des Mégacéros, des bouquetins, des signes encore inexpliqués, des empreintes de doigts .... On reconnait une forme humaine transpercée de lances ou de flêches ...Les artistes ont commencé il y a environ 25 000 ans et terminé il y a 10 000 environ !!!!
 On apprend qu'en tapant sur les stalagmites, les stalagtites, nos papy mamy s'amusaient pas mal pendant les longues époques glaçières. ! on n'a pas retrouvé de partitions ..... tant pis pour la Sacem !

La visite coute 6.50 euros et dure environ une heure. Une visite plus approfondie est possible sur réservation.





Profitez d'aller visiter ces grottes tant qu'elles sont encore ouvertes au public !

C'est une chance exceptionnelle de communiquer quelques instants avec notre passé, notre histoire ...
Partager cet article
Repost0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 12:19
Le propriétaire cuisinier, Mark Walker,  est britannique ... mais Jean-Pierre, nous te connaissons... tu nous as longtemps expliqué que Cuisine et Hamlet...



Bon, d'accord...Pennons par le début ... j'explique !

Nous sommes avec un couple d'amis et cherchons un restaurant cette soirée d'août, chaude et lumineuse à souhaits.

Nous nous aventurons à la
Belle Etoile de La Roque Gageac. COMPLET. Depuis que le journal de 13 heures de TF1 en a fait la promotion  tout le monde s'y précipite ; la table y est excellente !

A plusieurs reprises, La Plume d'Oie ( tél 05 53 29 57 05) , juste à côté, nous avait été recommandée. Nous nous y risquons.

Le restaurant est contre la falaise, face à la Dordogne. Il fait également petit hôtel de quatre chambres "cosy "comme on dit dans Hamlet !

Mark, le propriétaire cuisinier qui se trouve à l'entrée nous accueille, il y a une table pour nous. La salle est petite. Peut-être une dizaine de tables. Des fleurs fraîches sur chacune d'elles. Des aquarelles de
Guy Weir au mur.



 Le serveur débute tout juste dans l'établissement. Il nous présente la carte, les menus.  Il ne connait pas suffisament sa carte, s'embrouille un peu dans les explications ! nous faisons appel au chef !

Le chef quitte la cuisine. Nous rejoint. Nous parle de l'origne des produits, des poissons, des viandes. Son français est parfait. Il est là depuis 16 ans ( je crois).
D'un coup, nous ne sommes plus clients mais des amis auxquels il explique comment il a trouvé la pièce de boeuf limousin, où il est allé chercher les Saint Jacques ( rares en France à cette saison).

Nous partageons son enthousiasme et retournons à la découverte des menus.

 Un, assez simple à 28 euros ; Lasagne à la duxelle de cèpes en entrée, coquelet ou poisson, fromage ou dessert

Deux autres à 38 euros . Un éventail plus large :

En entrée ,  Foie gras ( nous sommes en Périgord !) St Jacques poellées, filet de rascasse, raviole de grosses langoustines, cassolette d'escargot à la purée de persil...

En plat, Rouelle de cuisse de pintade rôties et farcies, suprême de canette au jus sirupeux, filet de boeuf limousin au vinaigre de Modème.

Un plateau de fromages exceptionnel où chaque fromage a ses couverts de service !!!!!!

et des desserts ....Dentelles à l'orange, sablé et ganache de chocolat, plein d'autres encore ...

Je n'ai pas tout retranscrit.... je vous laisse le plaisir de la découverte !

La carte des vins est belle mais nous y avons trouvé peu de vins de la région.

A la fin du repas, Mark vient causer un peu. Nous explique, Nous raconte ....

Mais Jean-Pierre tu nous a dis que les britanniques et la cuisine .... Ben c'est que ... ben ... j'ai eu faux. Mark a fait l'école hôtelière de Lausanne, à fréquenté quelques belles tables de la Haute Loire

 Magnifique repas avec ce petit quelque chose en plus dans l'accueil, la chaleur, la sensibilité de Mark Walker... vous savez le propriétaire cuisinier britannique... il a peut-être un ancêtre aquitain .....

La plume d'oie     tél :   05 53 29 57 05    mail  :   laplumedoie@wanadoo.fr
 






Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 07:07
Vu dans le journal SUD OUEST du samedi 29 août 2009 ....

Depuis quelque temps, d'étranges signes sont apparus dans les rues de Sarlat. Des carrés, composés de petits pixels blancs et noirs, semblent avoir commencé à contaminer les panneaux d'information touristique du centre médiéval. Ces étranges symboles sont en réalité des « flash codes », des sortes de codes-barres destinés à être lus par les téléphones portables et donnant accès à des informations.



« Il faut tout simplement prendre en photo le flash code. Ensuite, le téléphone décode l'information et renvoie directement vers une page Internet qui propose de plus amples informations », détaille Soufiane Rouissi, conseiller municipal en charge des hautes technologies.

Pour l'heure, une trentaine de flash codes a été installée en centre-ville. Soixante-dix autres devraient s'y ajouter dans les prochaines semaines.

En partenariat avec Orange

« Il ne s'agit pas, pour la mairie, de concurrencer ou de se substituer aux guides touristiques. Nous proposons un supplément d'information, tout en restant succincts. »

Francis Lasfargue, adjoint à la mairie délégué à la communication, acquiesce : « Sarlat a toujours été à l'avant-garde pour mettre en valeur le patrimoine de la ville. Déjà à l'époque, nous avions été parmi les premiers à installer l'éclairage au gaz ! »

Sans remonter si loin, la municipalité semble en effet guetter d'un oeil particulièrement attentif les nouvelles technologies. Elle s'appuie, comme pour l'installation de bornes Wi-Fi dans la cité médiévale (lire « Sud Ouest » du 28 juillet) sur un partenariat avec Orange. C'est l'opérateur téléphonique qui a mis à disposition de la mairie de Sarlat la technologie, déjà existante, du flash code.

Une première en France

Initié au printemps dernier, le projet n'a mis que quelques semaines à se réaliser. « Il faut souligner la qualité du travail des services municipaux. Nous avons réussi à faire travailler ensemble les services municipaux en faisant collaborer le service des techniques numériques et celui du patrimoine, en charge de réaliser les contenus vers lesquels redirigent les flash codes. »

Sarlat est ainsi la première ville en France à bénéficier de cette technologie dans un but touristique. Mais de plus larges renseignements pourraient être donnés, si l'aventure est concluante : horaires d'ouverture de magasins, publications municipales ou horaires de bus.

« Le projet est expérimental, concède pourtant Soufiane Rouissi. Nous ne nous fixons pas d'objectifs, nous ferons un premier bilan au printemps prochain. »

Pas d'empressement pour l'heure donc, d'autant que le flash code n'est accessible qu'à ceux qui possèdent un téléphone portable récent et performant .

À terme pourtant, il se pourrait bien que la cité sarladaise se visite aussi simplement que par un coup de fil !

Auteur : Romain Hary

Partager cet article
Repost0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 11:59

Nous sommes tout proche de Meyrals et, je ne sais pas pourquoi, je n'en ai jamais parlé sur notre blog !

je me lance...

Ce village du Périgord Noir est très étendu. Il borde Saint-Cyprien, Les Eyzies.



Christophe de Beaumont y est né en 1703, Archevêque de Paris, il eût l'idée de déplaire au Roi Louis XV qui l'exila dans
son château de LAROQUE sur les côteaux.





















A l'écart du bourg, le propriétaire ( 80 ans !)  fait  visiter sa grotte préhistorique de Bernifal  ( Magdalénien) ! La grotte est restée dans l'état de sa découverte ( en 1904 , je crois !) ; pas d'électricité, pas d'aménagements ; du brut !!! des peintures, des gravures ! à voir absolument !




50 habitants pour 20 km2 , on ne se bouscule pas trop à Meyrals ! sauf peut-être le jeudi matin d'été au marché de producteurs...

Meyrals est un village d'artistes. Pascal Magis, Mi Desmet, Guy Weir,  Alain Falconnet, et surtout la Galerie du Domaine Perdu ( dont je parle souvent, il est vrai !)

Fin Juillet, Le festival des épouvantails est devenu un classique !! Pierre Bellemare, Michel Cardoze, en ont été président !



Comme de nombreux villages de Dordogne, on y trouve un boulanger, un brocanteur, deux restaurants, des artisans, Quelques concerts dans la très belle église du Xlle.


Les passionés du cinéma auront reconnu Meyrals dans le film " PERIGORD NOIR"  ( 1988)  de Nicolas RIBOWSKI avec Jean Carmet et Roland Giraud. Les anciens se souviennent encore des apéritifs pris avec Jean Carmet .. et des repas pantagrueliques au restaurant du Centenaire des Eyzies !

La productrice du film, Joelle Bellon, préside toujours le festival du film de Sarlat en automne !

MEYRALS ! un village où on fait carrière !!




Partager cet article
Repost0
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 08:49





Le MNOP ( musiques de la Nouvelle Orléans),   c'est de la musique de la Nouvelle Orleans, partout, tout le temps ! des concerts, des artistes, de la musiques ou plutôt des musiques... dans Périgueux et quelques villes alentours.

 C'est aussi l'ambiance, les avants concerts, les after concerts.Les musiciens dans les rues, la spontanéité., les artistes qui rejoignent d'autres groupes pour un boeuf., Comme ça, pour le plaisir, le leur, le nôtre.

C'est aussi et surtout une organisation bénévole et sans faille !!


Pour nous, le MNOP a commencé le vendredi 7 août à la place des Ors du Bugue: (
voir le post sur notre blog).






Le jeudi 13, rendez vous en contre bas de la cathédrale Saint-Front pour retrouver les Talk That Talk et  19th Street Red ( Randy Cohen)



























Le lendemain, vendredi, rendez-vous à 16 heures ( précises!) dans la cour du Logis Saint Front pour écouter
Rossano Sportiello. Le Logis St Front , Hôtel particulier du XVe vaudrait un post à lui tout seul ! Il viendra peut-être !!!

Tossano nous enchante. Un toucher fabuleux de sensibilté ; magique ! Un répertoire large comme le Mississipi ( New-orleans oblige !). le concert s'écoute une flûte de Champagne ( offerte ) à la main . Agréable mais pas très confortable pour applaudir...
La moitié des bancs est en plein soleil. Nous nous asseyons sur les pavés, à l'ombre du talent, juste devant le piano... Rossano et Jean Michel Colin ( Organisateur du MNOP)


Nous avons un peu de temps pour rejoindre le parc Gamenson. Nous nous égarons dans les rues et ruelles renaissance ... que cette ville est belle et secrète. Ses mûrs transpirent l'histoire...

18 heures. Nous sommes parmi les premiers devant le portail du parc ! Les stands finissent de se mettre en place. Nous choissons nos places ! juste en face de la scène ... c'est parti pour 6 heures de bonheurs ....


Peut-être un millier de spectateurs. certains sur des chaises, d'autres sur des couvertures assis sur l'herbe ; glacières comme table ; des verres de rosé. J-P CARTEAUD, traiteur local propose un vrai et appétissant menu. Les tables sont dressées sur l'herbe, vue sur la scène...25 euros le menu tout compris !! 
Le parc s'anime, les musiciens font les balances sur la scène. Ambiance.

C'est un mini WOODSTOCK où le foie gras aurait remplacé l'herbe qui fait rire !!!

















En avant concert,
les Honeymen de Quimper ( déjà croisés et appréciés au Bugue !) accompagnent à la guitare, à l'harmonica et au chant,  une vingtaine d'enfants des centres aérés voisins...

Randy Cohen ( 19th street red) commence le festival. Il est accompagné par la groupe périgourdin TALK THAT TALK.

Puis le
TRI OLLE. OLLE est le vrai nom de Thierry ( c'est lui qui le dit !)!. Thierry est pianiste toulousain. Waouh, ça déménage ! il interprète, improvise, arrange, swing. C'est un tout tout bon !!!

Après quelques morceaux ( et quels morceaux !) le trompetiste
Wendell BRUNIOUS rejoint le trio...on rève, on plane. ,Le foie gras fait effet ... un des tout grands trompetiste de New Orleans, là, en face de nous !

APPLAUDISSEMENTS.

PAUSE,


Walter Wolfman WASHINGTON, costume orange, (  je ne sais pas s'il y a des costumes SFR ou Bouygues?) Guitare rouge.
WW Washington est accompagné par un batteur époustouflant et par l'organiste ( orgue Hammond)  Joe Krown... tout  simplement exceptionnel  Du beau monde !

guitare sublime, chant mélodieux..  il est une heure du mat, Wendell Brunious rejoint WW Washington. On ne sait plus qui entraine l'autre, la trompette, la guitare, l'orgue où la batterie.

Moments uniques.....La fête a continué le samedi avec MORRE VAN EYCK et ses NEW ORLEANS Z'HULUS ,  SHERMAN ROBERTSON et les musiciens qui passaient par là !

Le concert de l'après-midi au Logis St Front coûtait 10 euros, 5  euros s'il était couplé au concert du soir qui valait 20 euros !

MNOP aura 10 ans l'an prochain.  Le programme  commence à s'ébaucher !!! j'ai entrendu quelques noms .... ça donne envie !!!

 


Immense merci aux organisateurs discrets et efficaces et à Fred et Isa (nos voix du Nord) pour les photos !!!
Partager cet article
Repost0
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 12:22
Deux mondes sont présentés au vernissage de ce samedi 8 août 2009 au Domaine Perdu de Meyrals (Dordogne) :



Celui, figuratif et réaliste, du jeune peintre ARNO et celui , subtil et minutieux, de Michel Danton.

Dans les deux galeries, les invités, tournent, s'arrêtent, reviennent en arrière, consultent la liste de prix, les titres, comparent ....signent le livre d'or ...un vernissage, quoi !!

Lorsque chacun a empli ses yeux , Bruno et Chrystel, les galieristes ( parfois galériens !) présentent les artistes. Longs applaudissements. Pas ceux de la politesse, non, des vrais. Ceux du coeur... Ceux qui résonnent encore une fois la fête terminée !








        ARNO (au centre) discute, explique, charme ....







                                                                                         

    


Bruno présente ARNO,( au centre) et Michel DANTON

















 

La première exposition d'ARNO à la galerie nous avait séduits ; celle-ci nous enchante.
ARNO a le pinceau voyageur. ARNO, c'est l'Italie, Naples, Rome.
Arno, il n'a pas les yeux comme nous.
S'il pose son chevalet devant le mûr d'une usine desaffectée, le mûr devient art.
S'il le pose au coin d'une sombre rue de Triestre , la rue s'illumine ; le linge suspendu accroche le temps qui passe...






























MICHEL DANTON découpe, coud, colle, écrit. Sa révolution à lui, c'est l'écrit, les chuchotements .....Il échaffaude ses toiles comme un livre, suit son destin à la lettre....


Michel DANTON céramique aussi. C'est nouveau. C'est beau !


Et la nuit est venue sur le Domaine Perdu ...



Partager cet article
Repost0
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 13:54
Waouh, les Orsalies ont fait fort, ce soir !!!!

Je ne connais pas les rues précédantes, ni les suivantes, mais la 19e est la bonne ! la très bonne même !

Randy est chanteur de rue à la Nouvelle Orleans. Il se définit comme one band man. Il chante, joue de la guitare, de l'harmonica et de la batterie !!!



Invité dans le cadre du festival de la Nouvelle Orleans de Périgueux ( MNOP), Randy Cohen alias 19 th Street red
a déchainé la petite place des Ors du Bugue.



Talk That Talk , le groupe d' Hervé Fernandez, est présent, batterie et guitares. Cette fois, Hervé Fernandez accompagne. On sent bien que les doigts le démangent. Il irait bien faire un tour en solo dans les pas de John Lee Hooker, Muddy Waters .

Raymond House qui passait par là rejoint le groupe pour une chanson ! Applaudissements !!! Merci Raymond !

Pour l'occasion,
Isabelle Jacopin a accroché deux immenses portraits tout juste  terminés dans son atelier du Bugue.

Les spectateurs tapent des mains, se lèvent, dancent !!! Le missipi ne s'écoute pas assis ! ah non !!



Partager cet article
Repost0
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 13:09
Jean Maurice Rahier, c'est un peu le professeur tournesol... Il est fondu de la fonte, des ustensiles domestiques d'autrefois et de la poterie du Sud-Ouest.



Son
musée est à Saint-Emilion. L'été, il déplace quelques belles pièces à Saint-Léon de Vézère.

Cette année c'est du 06 au 16 Août 2009. Deux conférences sont prévues le soir à 19 heures ( trop tard pour celle du 06 !) ;  
  l'autre étant le 13.








Plusieurs salles se partagent l'exposition ! magnifiques oules  ( marmittes en fonte) du XVl e siècle, des faitages de toit en céramiques , des tonnelets à huile de noix, des cuviers, et plein d'autres objets de la vie ordinaire du temps passé.

Si vous avez un peu de temps, il vous expliquera la différence entre les plaques de cheminées forgées aux Eyzies et celle forgées à Villamblard... il vous dira comment il a retrouvé un pied de luminaire du Xll e siècle..et puis il vous racontera... et là....

Des professeurs Tournesol devraient emplir nos écoles....










Partager cet article
Repost0
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 08:37
Isabelle partage son temps entre les rives de la Vézère et celles du Mississipi. Ses couleurs battent le tempo au rythme des brass et des second lines....





A l'occasion du festival de musique de la Nouvelle Orleans (
MNOP), elle est invitée à accrocher ses toiles à la Librairie Marbot, 17, cours Montaigne, Périgueux

Le  vernissage est prévu le mercredi 5 aout 2009, de 17 à 19H,

Theme: New Orleans Brass Hope,

avec de la musique: 19th street Red et Talk that talk.



Partager cet article
Repost0
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 20:03
On ne sait plus ou donner de l'oreille cette année. Festivals, concerts gratuits ou payants ...

Nous vous recommandons cette soirée exceptionnelle en ouverture du festival de New Orleans de Périgueux (
MNOP).

Le groupe mené par Hervé Fernandez accompagnera 19th street red, chanteur de rue de la Nouvelle Orleans !

La tradition des chanteurs de rue reste particulièrement vivace à New-Orleans  C’est entre Decatur Street pavée en son temps par le périgourdin Comte de Roffignac et  Frenchmen Street  célèbre pour ses clubs de musique que le visiteur pourra se retrouver nez à nez avec ce drôle de personnage. L’expression Battre le pavé trouve un nouveau sens avec 19th STREET RED. Jouant tout à la fois de la guitare de la batterie et de l’harmonica, ce collectionneur invétéré de vieux disques de blues délivre à même le bitume sa propre version de standards. Les pieds martèlent le sol pour une voix rocailleuse et puissante qui sait transmettre l’émotion. Entre Tom Waits et Howling Wolf, une musique intemporelle et touchante. L’association avec le groupe périgourdin des Talk That Talk est dans le prolongement des expériences passées. Après le chanteur Raymond House, le joueur de pedal-steel guitar Dan Cooper et le saxophoniste Red Morgan,  la rencontre avec un blues charnu et brut de décoffrage est assurément ce que cet orchestre attendait. Back to the roots et tout le monde au fond du temps !



C'est sympa, c'est gratuit, c'est l'été une fois dans le sud-ouest ....



Partager cet article
Repost0