Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 09:50

C'est un soir de novembre. Nous échangeons notre parapluie contre un coin d'paradis et nous nous prenons place dans la nouvelle salle des fêtes de Berbiguières ( l'ancienne étant défaite aussi !)

Les guitares attendent les quatre bacheliers, sans vergogne...

brassens01-copie-1.JPG

 

Les voilà, les bougres... pas de petit joueur de flûteau mais quatre chanteurs, guitaristes, conteurs ....

 

brassens02.JPG

Pascal Bonnefon, Patrick Salinié , Jean Bonnefon, et Jacques Gandon sont là, devant nous, avec nous ! ils content, racontent, parlent et chantent , parfois en occitan, parfois en français, parfois en riant  !

Des séquences tendres avec la chanson " la princesse et le croque note", des séquences émouvantes avec l'éxode alsacienne en Périgord de septembre 1940 ( nous en avions parlé ICI).

La veillée continue. Tout le monde reprend "les bancs publics" "les copains d'abord".

 

Et puis " Dans l'eau de la claire fontaine" . Je ferme les yeux. Mes pensées vagabondent. Je revois Maxime Leforestier qui apprend, sur la scène de Bobino, le décès de Brassens et entonne devant le public, en larmes cette chanson . Terrible souvenir.

 

 

 

Les applaudissements me ramènent à la fête. Les quatre troubadours  reprennent un titre de Cabrel en occitan, piochent dans  le répertoire de "PEIRAGUDA".

 

 Un peu des " bancs publics"

 

 

 

  et un peu " des copains d'abord"

 

C'était comme ça le 24 novembre à Berbiguières...

 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 09:29
 
J'emprunte les mots de Bruno Lajoinie du Domaine Perdu pour vous convier à l'exposition de Corinne Tichadou... ils sont tellement beaux !
 
 
 
 
Quand l'Art contemporain dialogue avec la Préhistoire,
 
 


L’exposition que propose cet hiver le Domaine Perdu  ( 24 MEYRALS) s’intitule Le bestiaire immémorial. Il s’agit du second volet d’un cycle « Art contemporain et Préhistoire » initié il y a tout juste...
un an avec l’accrochage Aux sources du geste. Contrairement au premier épisode qui était collectif et d’essence abstraite, cette nouvelle exposition est monographique et résolument figurative. L’artiste invitée pour l’occasion s’appelle Corinne Tichadou et nous vient du Languedoc. Ancienne élève de l’Ecole des Beaux-Arts de Perpignan (où elle eut notamment Claude Viallat pour professeur), celle-ci est aujourd’hui installée à Béziers, où elle mène depuis une quinzaine d’années une carrière de peintre indépendant.
Hantée par les défis de nos lointains ancêtres magdaléniens qui, d’une ligne de fracture dans la paroi d’une caverne, faisaient surgir chevaux et aurochs, Corinne Tichadou aime jouer avec les aspérités et les imperfections d’un vieux papier ou d’une bâche réformée (support viallesque par excellence !) pour faire naître à son tour un bestiaire venu de la nuit des temps : hippocampes issus de l’Eocène, tortues marines en provenance du Trias, méduses tout droit surgies de l’Ediacarien, bisons, chameaux, et bien d’autres espèces encore… Les affinités de Corinne Tichadou avec l’art préhistorique sont nombreuses ; elles se lisent tout particulièrement dans l’utilisation quasi-exclusive qu’elle fait des couleurs naturelles et organiques : terres, ocres, gris, rouges, jaunes et noirs qui donnent à son œuvre un caractère à la fois universel et intemporel.
Apparu sur le circuit artistique à la fin des années 90, le travail de Corinne Tichadou arrive aujourd’hui à maturité. A la reconnaissance des galeries privées, viennent s’ajouter depuis peu les honneurs de l’Institution : durant l’été 2012, l’artiste se voyait ainsi consacrer une importante exposition par la ville de Perpignan dans le cadre prestigieux du Palais des Rois de Majorque.
L’exposition est ouverte du jeudi au dimanche de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 18 h, du 1er décembre 2012 au 27 janvier 2013.
Vernissage le samedi le 1er décembre entre 15 h et 19h, en présence de l’artiste.
 
Le DOMAINE PERDU 24220 MEYRALS
Chrystèle et Bruno Lajoinie
tél : 05 53 30 47 50
tél : 06 83 50 01 11
Tichadou01.jpg
Partager cet article
Repost0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 16:09

Dimanche 25 novembre 2012 de 10 à 18 heures !

 

 

 

Mika01.jpg

 

 

MIKA  propose une série de peintures sur le thème de la soupe!!! Et oui, c'est l'hiver alors réchauffons nous avec un bol de soupe .

 

En plus de  toiles pleines de couleurs, Céline et Mika vous offriront un petit verre et une bonne soupe maison !!!! Recette de Mika... à découvrir !!!

 

Tél 06 16 26 51 62

 

Galerie MAGIS 24220 MEYRALS

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 10:08

Lu dans Sud-Ouest :

Le chanteur et son épouse étaient en Sarladais incognito jeudi. Ils ont adhéré à l'association souhaitant sauver et restaurer le pont du Garrit, qui enjambe la rivière à Berbiguières

francis-et-mariette-cabrel-jeudi-dernier-sur-le-pont-du_972.jpg

 

Francis Cabrel a des attaches en Périgord où il séjourne régulièrement. Jeudi dernier,accompagné par son épouse Mariette, il était ainsi chez un ami, Bernard Lescure, un ancien journaliste de la Dépêche qui a choisi de vivre à Bézenac en Sarladais. L'occasion aussi pour le chanteur d'Astaffort de rencontrer son vieux copain Jean Bonnefon, ancien journaliste de France Bleu et également chanteur,  qui demeure juste à coté.

En discutant tant avec l'un qu'avec l'autre, Francis Cabrel ne pouvait ignorer plus longtemps leur nouveau cheval de bataille. À deux pas de là, enjambant la Dordogne, le vieux pont du Garrit subit les outrages du temps. De style Gustave-Eiffel, dans la pure veine des infrastructures d'acier de la fin du XIXe siècle, il est désaffecté depuis bien longtemps. Une association s'est créée il y a plusieurs mois pour tenter de le sauver et de le valoriser. Présidée par Jean Bonnefon, son trésorier n'est autre que Bernard Lescure...

Jeudi, Francis et Mariette Cabrel ont donc tenu à découvrir ce chef d'œuvre en péril. Et ont finalement adhéré à l'association. Un soutien de poids supplémentaire pour cet élément du patrimoine attaqué par la rouille.

 

Merci à José qui lit la presse pour nous !

 

....Et samedi 24 novembre 2012, Jean Bonnefon et ses troubadours inaugureront la salle des fêtes de Berbiguières..au programme , des chansons de Brassens, de Cabrel ( tiens! tiens!...)

 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 09:11

Nous sommes heureux de partager avec vous la grande nouvelle :

LE DERNIER PAYSAN PRÉHISTORIEN
Prix du Meilleur Film pour la Recherche Créative
au Festival ICRONOS de Bordeaux

 

pip02

Après son avant-première au Pôle International de la Préhistoire, trois fois renouvelée en raison de son succès, après sa sortie nationale grâce à la revue Sciences et Avenir dans son numéro consacré aux berceaux de l'humanité, après avoir été sélectionné par le Festival du Film d'Archéologie d'Amiens et avoir reçu la Mention Spéciale du Jury au Festival Objectif Préhistoire du Pech Merle, ce film tourné dans une ferme et une grotte du Périgord noir, LE DERNIER PAYSAN PRÉHISTORIEN de Sophie Cattoire, vient de décrocher le Prix de la Recherche Créative au Festival ICRONOS de Bordeaux, tandis que son succès dans les salles continue d’entraîner Gilbert Pémendrant, son héros central, dans la plus belle aventure de sa vie.

PROCHAINE PROJECTION :
Samedi 15 décembre à 20h30
Salle des fêtes d'AUBAS, tout près de Montignac

Venez nous retrouver à AUBAS pour une soirée ciné-rencontre inoubliable.

Sophie Cattoire et Vincent Lesbros
FERRASSIE TV

Bande annonce
Bon de commande du DVD
Dossier de presse

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 19:04

A Berbiguières, il y a 176 habitants (la plupart disent Berbiguièras ) alors point de Zénith, point de Stade de France !

Juste une salle des fêtes toute neuve que les lurons de l'Affaire Brassens viennent inaugurer, comme ça, par amitié.

 

affairebrassens01.jpg

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 13:15

Il y a quelques temps que nos papilles s'excitaient à l'idée de retrouver ce restaurant discret à Saint-Martial de Nabirat, à la limite de la Dordogne et du Lot.

 

Les toiles de Pascal Magis, peintre gastronome, illuminent les mûrs.

 

saintmartial12.JPG

 

Nous sommes six. Valérie nous guide vers la salle en contre bas ; la salle du haut étant plutôt réservée pour les petites tables.

La carte est un vaste  programme gastronomique. Nous avons du mal à choisir. Un amuse bouche à base de maquereau et choux fleur nous permet de repousser notre décision.

 Plutôt à la carte ? non ! un menu ! Il y en a plusieurs !. ils commencent à 33 euros et s'étirent jusqu'à 85 euros.

saintmartial10.JPGNos choix passent par un feuilleté de tourteau pour les uns , un foie gras en croûte à la crème de chataîgne pour d'autres puis le ris de veau à la purée de haricots tarbais et un homard bleu un peu thermidor avec une sauce aux cèpes ...

Jean-Marc Réal innove sans provoquer. Il  maitrise les associations et les cuissons.

 

Nous abandonnons avec regrets les fromages de Jean-Yves Bordier puis passons, gourmands, aux desserts !

 Une déclinaison autour du chocolat, un feuilleté aux pommes caramélisées tièdes ou un tatin de figues fraîches ....

 

Clin d'oeil partageur à Pascal Magis avant de partir.

 

Une grande table du Périgord !!!!  Le restaurant est fermé certains jours ! Réservez avant de vous faire plaisir ...

 

http://lesaintmartial.com/

 

 

saintmartial11.JPG

 

 

 

Restaurant Le Saint-Martial
Le Bourg, 24250 Saint-Martial de Nabirat
Dordogne Périgord Noir
Téléphone : 05 53 29 18 34
Partager cet article
Repost0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 13:56

Longtemps , nous sommes passés devant le panneau " GROTTE DU SORCIER" après avoir traversé le village de Campagne ( célèbre pour son pain, ses pâtés et ses maisons !).

 

Cette fois ci, nous avons suivi l'indication et emprunté le chemin à droite, juste après la ligne de chemin de fer en direction des Eyzies. 

  

Nous traversons le lieu dit Saint Cirq et stationnons face à l'accueil, une typique maison périgourdine couverte de lauzes appuyée à la falaise .

 

sorcier01.JPG

 

 Une jeune femme nous vend les billets d'entrée ( 6.50 euros par personne ) et nous propose de visiter librement  le musée adjacent ainsi qu'un abri en hauteur en attendant l'heure de la visite ( 11h30).

L'abri est d'un accès sportif. Le musée contient des images, des objets, des pierres taillées. Des explications orales seraient toutefois les bienvenues !  Intéressante vison de l'assemblage d'un toit de lauzes de l'intérieur.

sorcier02.jpg

 

 

A la sortie du musée, nous retrouvons la jeune femme qui nous a vendu les billets. C'est elle qui va nous guider !

 Nous apprenons que la grotte ne fut découverte qu'en 1952 !

La grotte préhistorique de l'époque magdalénienne est mi grotte mi-abri. Ellle mesure quelques mètres de longueur. Aussitôt rentrés, un bison et un cheval en bas relief datés de 19 000 ans nous souhaitent la bienvenue .

L'accès au fond de la grotte a été creusé dans la roche afin de permettre la visite car à l'origine, la grotte mesurait moins d'un mètre de hauteur !

 Nous découvrons Le Sorcier !!! ainsi que des gravures datées de 14 000 années.

 

La grotte est certes petite mais mérite la visite.

 

Si la grotte est classée au patrimoine mondial par l'Unesco, le sourire de notre guide est resté à l'âge de glace ....Dommage, car la jeune femme connait très bien son sujet ! Un sourire, ce n'est pourtant pas sorcier !!!

 

sorcier03.jpg

 

 

 La grotte est ouverte au public de Pâques à la Toussaint

 

La Grotte du Sorcier - Saint-Cirq - 24260 LE BUGUE
Tél. : 05.53.07.14.37 - Fax : 05.53.08.56.71

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 17:30

Beynac .... cela n'a pas toujours été la vie de château !

beynac10.JPG

 

C'est en 1050 qu'en est posée la première pierre.

Aliénor d'Aquitaine le met ensuite dans sa corbeille de mariage avec Henri de Plantagenet. Le tout passe chez les anglais ( alors qu'il n'y avait pas encore 75 % d'impôt sur les salaires royaux !).

Richard Coeur de Lion ( qui n'avait pas une main de velours) s'empare du château. Une trace ( une signature ?) le rappelle sur un mur  intérieur.

 

Enfin, la famille Beynac prend  possession des lieux vers 1200 et ne rendra les clefs qu'en 1861 !

 

beynac11.JPG

 

Après les dégâts de la guerre de 100 ans, les travaux de réparations sont nécessaires ... La bâtisse militaire profite des tendances renaissance. Le chateau s'embellit.

Monsieur et Madame Grosso l'achètent en 1961, le restaurent, le font revivre.

 

Nous vous recommandons de laisser votre voiture sur le parking qui longe la Dordogne puis de monter jusqu'au château à pied. Les points de vue sur la Dordogne sont magnifiques. Vous pourrez observer l'empilement des lauzes sur les toits, les jardins entourés de  vieilles pierres.

 

La visite du château est payante ( 7 ou 8 euros) et guidée. La vente des billets d'entrée aide à la restauration et à la conservation du château ( qui est privé). 

 

S'il vous reste un peu de temps et d'argent, partez en croisière sur les gabarres de Dordogne depuis Beynac. ! Vous découvrirez le Chateau de Beynac et celui de Fayrac depuis la rivière...

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 10:07

Vu depuis le haut du clocher de l'église Sainte-Marie ( merci à l'ascenseur de verre...)

 

sarlat01.JPG

Partager cet article
Repost0