Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 14:32

Nous recevons un mail de RAYMOND HOUSE...

 

" Je serai, demain lundi, au marché aux truffes de Sainte-Alvère. C'est le dernier de la saison et je chanterai vers 10 heures et 14 heures ..."

 

Encore sous le charme de l'excellent repas de la veille accompagné d'un merveilleux Quart de Chaumes et d'un Lynch Bages ...( merci Thierry et Lucette !), nous arrivons vers 10.15 au marché de Sainte-Alvère. Le marché ouvre ses portes à 10 heures. Les transactions sur les dernières truffes de la saison sont déjà terminées ; les professionnels ont fait leurs courses avant notre arrivée !

 

Nous entendons Raymond House chanter sous un chapiteau blanc dressé pour le repas. Nous entrons. Il est 10.20. Il y a du monde à table, cela fleure bon la terrine et l'omelette aux truffes!

 

Accueil chaleureux et souriant. Nous tentons de négocier un petit déjeuner, voire un simple café . Deux jeunes filles nous installent à une table tout à côté de Raymond ( pour notre plus grand plaisir ; n'est-ce pas Zabelle !!!)

 

Elles dressent la table ; couteaux, fourchettes, assiettes et serviettes ...notre espoir de petit déjeuner s'efface. Elles nous apportent la carte :

 

     OMELETTE AUX TUFFES     15 EUROS

     OMELETTE AUX TRUFFES,  TERRINE MAISON, FROMAGES       20 EUROS

 

 

Carpe diem, nous choisissons l'option majuscule, celle avec la terrine et les fromages ....plus un peu de vin rouge de Bergerac.

 

La terrine complète arrive, parfumée, quelques toasts au beurre de truffes également.

gastronomie-8846.JPG

Le couteau est hésitant ! l'appétit fait encore la grace matinée. La terrine et fabuleuse. La deuxième tranche est plus franche, plus épaisse aussi !

 

Puis arrive l'omelette !! les yeux fermés, nous sommes certains de n'être ni chez Quick ni chez MacDo !

 

gastronomie-8851.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La truffe, ça ne s'explique pas. ça se hume, ça se croque ! La truffe, c'est secret...

 

ART02-8840.JPGRaymond chante. Bob Dylan, Léonard Cohen, puis Brel, Aznavour, puis Amstrong et d'autres.... Avec seulement sept notes, Raymond vous réinvente le bonheur ( même tôt le matin !).

 

Des gens arrivent. Il n'est toujours pas midi. Le chapiteau est presque complet.

 

Les jeunes  filles nous apportent le fromage. Et là, surprise ! Nous reconnaissons le gruyère ! le vrai, le seul, le Suisse ! il y a du salé et du tendre, de la tête de moine et de la tome vaudoise ... Nous appelons le patron ! Andreas nous explique qu'il est suisse et qu'il a rapporté ces fromages de son dernier voyage ....ART02-8861.JPG

 

Il est 14.30. Nous partons sur les dernières notes de Saint-James Infirmery....ça se passe comme ça en Dordogne ....

 

  L'omelette aux truffes est servie tous les lundis de décembre à février !

 

Pour  joindre Raymond House : rayhouse@neuf.fr

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by beauvert - dans artistes
commenter cet article

commentaires

Fred et Isa 01/03/2011 21:00



Comme tu le dis JP : Carpe Diem ! Et sur ce coup là nous aurions vraiment voulu être des vôtres. On adore les décalages horaires et même les tours d'horloge alors les déjeuners à l'heure du p'tit
déj ou inversement nous aurions été partants.


Mais là où je dis:  "Chapeau Raymond" c'est de chanter dans ce brouhaha irrespectueux de l'artiste. Nos soirées, dans le petit cabaret près de chez nous, nous déforment certainement, mais je
n'arrive pas à concevoir qu'on puisse parler et non écouter cette voix qui nous fait tous craquer. Et ce n'est pas seulement parce que c'est RAYMOOOOOOOOOOOOND ! Quel gâchis, je ne pourrai jamais
m'y faire !


D'ailleurs quand remontez vous pour que nous puissions vous faire découvrir notre petite caverne d'Ali Baba musicale teintée de blues, jazz, rock ? Allez voir les dernières merveilles que nous
avons vues sur le site de : www.lecroquenotes.com


Gros bisous de nous tous



Gilbert Mouron 28/02/2011 23:41



J'apprécie beaucoup que des Suisses pensent à revenir chez eux avec des réserves de nos bons fromages de Gruyère. Le vrai.


Bravo pour ce texte qui donne envie.