Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 10:28

dsc-0080.jpg

D'Henri Miller ...." Le Colosse de Maroussi"





Coup de génie, de ma part, cette idée d'explorer la région de Dordogne, avant de plonger dans la blancheur chenue et l'éclat du monde grec.
C'est la terre d'enchantement que les poêtes ont jalonnée et qu'ils ont seuls le droit de revendiquer. l'approximation la plus voisine du paradis sur le chemin de la Grèce.. Le paradis des Français, mettons : histoire de faire une concession. Un paradis de fait dont la réputatin doit remonter à des milliers et des milliers d'années. Qui était dèjà tel pour l'homme de Cro-Magnon, malgré les grande cavernes, dont le témoignage fossilisé indique une condition de vie plutôt stupéfiante et terrifiante. Rien ne m'empêchera de croire que, si l'homme de Cro-magnon s'installa dans le coin, c'est qu'il était extrèmement intelligent et que le sens de la beauté était en lui très développé. Rien ne m'empêchera de croire qu'en lui le sens religieux avait atteint dèjà un haut degré de développement et fleurit en ces lieux, alors même que l'homme vivait comme une bête dans le fond des cavernes. rien ne m'empêchera de croire que cette grande et pacifique région de France est destinée à demeurer éternellement un lieu saint pour l'homme et que, lorsque la grande ville aura fini d'exterminer les poêtes, leurs successeurs trouveront ici refuge et berceau. cette visite à la Dordogne fut pour moi,, je le répète, d'une importance capitale : il m'en reste un espoir pour l'avenir de la race pour celui de la terre même. Il se peut qu'un jour la France cesse d'exister, mais la Dordogne survivra, tout comme les rêves dont se nourrit l'âme humaine....

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alti 18/02/2010 07:45


Il est vrai que la "region" ce prete a un certain mysticisme contemplatif.

D'autres ecrivains, à la démarche moins touristique (Miller n'est resté qu'un mois à Domme), ont "poussé le bouchon" un peu plus loin en cherchant
des liens inimes entre le corps et l'environement local, jusque dans sa poussière.
A re-découvrir par exemple : François Augérias, sorte de Kérouac périgourdin
au parcours legerement cahotique...
http://lecheminsouslesbuis.wordpress.com/2010/01/03/francois-augieras-lermite-du-perigord/

Bonne journée. Alti


boguy 15/10/2007 23:27

Ravi de vous retrouver !Bel éloge du Périgord, qui le vaut bien....