Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 14:06

C'est qu'il faut fouiller, gratter, traduire pour dégoter la perle rare à visiter pendant ce week end du patrimoine.

La plupart des sites proposés dans le catalogue du Ministère de la Culture étant des sites payants, ouverts au public tout au long de l'année.

Nous avons donc fouillé, gratté, traduit et trouvé, les mines de Cladesh, de La Chapelle Péchaud et de Veyrines de Domme, tout cela dans notre Périgord Noir, pas loin de chez nous !

Cela a commencé par l'accueil, vendredi soir de Madame Isabelle Petitfils, directrice du centre AROEVEN et de Monsieur François Munoz , ancien enseignant, qui bénévolement partage ses connaissances du site.

l'exposition sur les mines de Cladech

l'exposition sur les mines de Cladech

17 panneaux, préparés par Monsieur PAULHIAC, (que nous retrouverons plus tard), retracent l'histoire des mines de lignite, des mineurs, des conflits, des guerres de l’apothéose et du déclin. Des documents, des objets, des outils de mineurs retracent l'histoire de la mine de 1867 à 1948. Des travailleurs espagnols, polonais, magrébins, des prisonniers allemands, les trois huit, l'accident qui fit des morts, les procès ...

Le lignite ( masculin) est une sorte de charbon à mi-chemin entre la tourbe et la houille. Beaucoup moins performant, il faut un volume double de lignite pour produire autant de calories que la houille.

Déposé par les sédiments de l'océan il y a quelques millions d'années , on le trouve à faible profondeur et parfois à l'air libre.

Après toutes ces explications, nous nous retrouvons autour d'un apéritif... puis à table ( nous sommes en Périgord !) ou nous dégustons un excellent repas préparé par la chef de cuisine du centre dont le thème est " le repas du mineur".

La douceur de la fin de l'été nous permet de diner sur la terrasse.

Les mines de Cladech

Cerise sur le gâteau, Patrick Salinié et Jean Bonnefon nous proposent comme une veillée devant les fours de chaux.

Sans micros, juste guitares et voix, l'occitan nous berce. La nuit, les lumières sur les fours, la musique font vagabonder l'esprit. Nous imaginons les ouvriers alterner les couches de calcaire et les couches de lignite, y mettre le feu, surveiller les fours jusqu'à ce que naisse la chaux vive.

Puis Jean Bonnefon ouvre un livre , s'arrête sur une lettre manuscrite laissée entre deux pages et raconte. C'est l'histoire de Sarah. Jeune juive, elle a suivi l'exode des alsaciens en Périgord, en septembre 1939. Elle change son nom, devient Estelle. Elle est heureuse, amoureuse... l'Histoire la rattrape. Elle part pour les camps.

Je lève la tête vers les étoiles ; l'une d'elle s’appelle Estelle ...

En bas de l'article, une vidéo où Jean Bonnefon et Patrick Salinié interprètent " Lo Gabarier" dont les Paroles sont de Jean Paul Blot et la musique de Patrick Salinié.

Entrée de la mine

Entrée de la mine

Le lendemain, après un café offert par l'Areoven nous nous retrouvons devant l'entrée de la mine. Monsieur Munoz nous explique l'organisation du travail, l'architecture de la mine aux parois fragiles, les techniques d'extraction.

De retour dans la salle d'exposition, Monsieur Alain Paulhiac raconte en détails l'histoire des mines. Monsieur Fongaufier ancien mineur et le fils de l'ancien directeur de la mine, Monsieur Migniot, sont présents.

Monsieur Paulhiac devant ses tableaux explicatifs.

Monsieur Paulhiac devant ses tableaux explicatifs.

Il a écrit un livre " UNE AVENTURE MINIERE EN PERIGORD 1867 - 1948

(Il est en cours de réédition).

Nous remercions toutes les personnes qui nous ont accueillis avec générosité, disponibilité, sourires et passion pendant ces deux journées.

Riche week-end, entre la mine, le pont du Garrit, le château de Fages les soirées contées et chantés.

Les mines de Cladech

Les Paroles sont de Jean Paul Blot et la musique de Patrick Salinié, (enregistré sur un vinyle en 1980 ! )

Lo Gabarier par Patrick Salinié et Jean Bonnefon

Partager cet article
Repost0

commentaires

François Muñoz 04/10/2014 08:53

Merci beaucoup pour votre mot très gentil à la suite de nos journées du patrimoine. Il nous a touchés et encouragés à poursuivre notre tâche de protection de nos vestiges et de communication autour de ce patrimoine. Votre récit est fidèle et pertinent ; il n'y a pas d'erreur et l'essentiel est bien rapporté. Bravo !

Bien cordialement, François Muñoz, coordonnateur.