Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 07:19

Nous avons été conviés à la présentation, en avant-première, du film documentaire de Jean Bonnefon " Le Procès de l'impossible" à Bergerac ce mardi 23 septembre 2014.

En avant-première car le film passera sur FR3 le 17 novembre en deuxième partie de soirée.

Le procès de l'impossible

Le film relate, explique, décortique, le procès de Bordeaux en 1953 qui jugeait une partie des auteurs du drame d'Oradour sur Glane le 10 juin 1944.

Parmi les accusés, il y avait les allemands mais également les malgré-nous, ces alsaciens et mosellans enrôlés de force dans l'armée allemande.

Parmi les 642 victimes, il y avait les habitants d'Oradour, mais aussi des réfugiés allemands, polonais et aussi alsaciens et mosellans.

Le film de 52 minutes est remarquable. Des faits, des témoignages, des photos et des documents d'époque. Le rythme est prenant. Entre deux témoignages, Boris Cyrulnik ( né à Bordeaux) propose des explications sur le ressenti des survivants. Terrible.

Il n'y avait pas un bruit lorsque les 150 personnes présentes sont sorties de la salle après la projection. L'effroi, l'horreur des actes, les interrogations, le procès sans condamnés, tournaient dans nos têtes.

Merci à Jean Bonnefon d'avoir réveillé cette page de notre histoire.

... Les 3 premières minutes du film :

http://www.gad-distribution.com/oradour-sur-glane-the-impossible-on-trial-pe893.html?n=1

Texte de présentation du film :

On pensait tout connaître du drame d’Oradour sur Glane. Le 10 juin1944, 642 habitants de ce petit village du Limousin, dont une majorité de femmes et d’enfants, exterminés par des soldats SS… Un village détruit par le feu, la barbarie… Et une immense incompréhension des raisons possibles pour expliquer cette barbarie.

On pensait qu’on allait arrêter les coupables. Que le deuil était possible.

Mais au moment de juger, au tribunal militaire de Bordeaux en 1953, on découvre que certains des bourreaux sont aussi des victimes. Sur le banc des accusés, on trouve majoritairement des alsaciens enrôlés de force par l’armée d’Hitler, les "malgré-nous".

La question de l’incorporation de force durant la seconde guerre mondiale surgit violemment.

Le procès du massacre d’Oradour sur Glane prend alors une autre dimension : on assiste, dans la presse, au Parlement, dans la rue, dans les familles… à un affrontement entre les partisans de l’irresponsabilité des accusés alsaciens et les tenants de leur culpabilité, du fait de leur présence dans la division SS le 10 juin 1944 à Oradour.

Les familles et les survivants vont l’apprendre à leur dépend : la guerre leur a volé des vies mais elle leur a aussi volé leur deuil. Avec le témoignage de survivants du drame et du procès, l'analyse d'historiens, de juristes et le décryptage de Boris Cyrulnik, psychiatre, le film tente de dépasser les ressentiments toujours vifs de part et d'autre des deux régions. 70 ans après le drame, il est nécessaire de poursuivre les gestes forts de réconciliation accomplis ces dernières années par les maires des villes d’Oradour et Strasbourg et les Présidents des Républiques Française et Allemande.

Partager cet article

Repost 0
Published by Beauvert gîte de charme ****
commenter cet article

commentaires

Denise 24/09/2014 14:05

merci de nous prévenir pour cette émission.... Nous serons bien sur devant notre écran ce soir la !.... Helas ! La guerre n'est jamais propre et rendons hommage a toutes les victimes de tous bords !